Tété

Pop acoustique

Dimanche 17h30 – Scène A

Site

Flashback : guitariste passionné depuis l’adolescence, Tété sort son premier album, L’air de rien, en 2001. Deux ans plus tard, c’est la consécration avec À la Faveur de l’Automne. Depuis, il ne s’est jamais arrêté – ni de tourner, ni de composer, pour lui ou pour les autres (de Gaël Faure à Fréro Delavega.). Il s’illustre même à la télévision avec André Manoukian dans l’émission Tété ou Dédé. Son dernier opus en date, Nu Là-Bas (2013), était aussi personnel que pop. Malgré son succès et tous ses side-projects menés tambour battant, le temps était venu pour Tété de se poser. Ce temps, il a choisi de le prendre après une tournée acoustique au Japon et à Tahiti : « C’était une vraie liberté de ne plus suivre cet engrenage qui est d’investir des salles de plus en plus grandes. Renouer avec la simplicité m’a donné envie de poursuivre dans cette voie. »
Au début de l’année 2016, Tété crée la surprise en entreprenant une série de dates à la Java à Paris et une tournée Solo Sans Sono – seul avec ses guitares – en médiathèques à travers toute la France, afin de faire « vraiment sonner sa voix, au naturel ». Pas d’enjeux commerciaux ici, plutôt une désobéissance malicieuse aux lois du business actuel, qui dictent que l’on doit tourner une fois le disque sorti. Seul comptait le désir, profondément honnête et généreux, de présenter ses nouvelles chansons. Le public ne serait-il pas le meilleur juge ? Au vu de l’accueil chaleureux qui lui fut réservé, Tété a alors entrepris de mettre la touche finale aux Chroniques de Pierrot Lunaire.

Avec ses mélodies ourlées de fil d’argent, Les Chroniques de Pierrot Lunaire brille de l’amour de Tété pour le blues et le folk ancestraux, grâce auxquels il retrouve toute l’ampleur de sa voix, limpide et profonde. Le musicien a récemment changé l’accordage de son instrument fétiche, épousant des méthodes d’open tuning du début du 20e, rendues plus tard célèbres par un certain Keith Richards. « Au début du siècle dernier, il n’y avait pas d’électricité. Avec juste leur guitare et leur voix, des types faisaient chanter et danser 100 personnes ! » Nul doute qu’avec Les Chroniques de Pierrot Lunaire, son album le plus abouti à ce jour, Tété saura transporter bien plus de personnes encore.

Une question? On y répond!

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Contact

Hôtel de ville

Festival Rencontre et Racines

BP 45199 25405

Audincourt Cedex

Jean-Luc MORIN Chargé de Mission du festival Rencontres et Racines

Tél: 03.81.36.37.78

mail: rencontresetracines@audincourt.fr

Suivez-nous!